Borrell s’entretient avec le président tunisien sur les défis du nouveau gouvernement du pays

HASSAN MISSBAH
أخبار دولية
HASSAN MISSBAH17 أكتوبر 2021آخر تحديث : منذ شهر واحد
Borrell s’entretient avec le président tunisien sur les défis du nouveau gouvernement du pays

Ce calendrier, a déclaré Borrell, doit être basé sur « la séparation des pouvoirs, le respect de l’État de droit et de la démocratie parlementaire, la sauvegarde des libertés fondamentales, qui résulterait d’un dialogue transparent et inclusif et tiendra compte des souhaits et aspirations du peuple tunisien ».

Bruxelles, le 15 octobre 2021 (EFE) .- Le Haut Représentant pour la politique de sécurité et de défense de l’Union européenne, Josep Borrell, s’est entretenu aujourd’hui avec le Président de la Tunisie, Kais Said, sur les “défis urgents” économiques et les pandémies à auquel devra répondre le nouveau gouvernement du pays dirigé par Najla Bouden.
Borrell a montré à Saïd son espoir que les nominations du Premier ministre et de son cabinet – la dixième au cours de la dernière décennie – soient “un premier pas important vers la préservation de l’héritage démocratique”, a rapporté le Service européen pour l’action extérieure dans un communiqué (SEAE).
Dans sa conversation téléphonique depuis les Etats-Unis, où il est en voyage d’affaires, le chef de la diplomatie européenne a souligné auprès de Saïd l’importance d’établir un calendrier bien défini pour le retour à l’ordre constitutionnel en Tunisie.
Ce calendrier, a souligné Borrell, doit être basé sur « la séparation des pouvoirs, le respect de l’État de droit et de la démocratie parlementaire, la sauvegarde des libertés fondamentales, qui résulterait d’un dialogue transparent et inclusif et tiendra compte des souhaits et des aspirations du peuple tunisien.
Selon le SEAE, l’homme politique espagnol a « pris bonne note » des observations de Saïd et, en particulier, de sa volonté d’engager un dialogue national et de minimiser la durée de cette période de mesures exceptionnelles.
Depuis le 25 juillet dernier, Saïd a décrété l’état d’exception, qui comprenait la destitution de l’ancien Premier ministre et la suspension indéfinie de l’Assemblée, il a gelé la quasi-totalité de la Constitution de 2014 et a repris le pouvoir exécutif et législatif afin de ” retrouver la paix sociale.”
Durant cette période, la justice a ouvert de nombreuses enquêtes et adopté des mesures conservatoires – assignation à résidence et interdiction de quitter le pays – à l’encontre de hauts responsables d’institutions, magistrats, hommes d’affaires et députés ; qui a déclenché l’inquiétude des organisations de défense des droits humains.
Dans son entretien d’aujourd’hui, Borrell a rappelé à Said que ce sera sur la base d’actions et de mesures concrètes prises par les autorités tunisiennes que l’Union européenne déterminera la meilleure façon de soutenir la démocratie, la stabilité et la prospérité en Tunisie.
Le vice-président de la Commission européenne a également réaffirmé l’importance du partenariat stratégique avec la Tunisie et l’engagement de l’Union européenne à soutenir le peuple tunisien dans « ce contexte économique et pandémique difficile ».
“L’Union européenne suivra la situation dans le pays avec le plus grand intérêt”, a-t-il conclu.

رابط مختصر

اترك تعليق

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *


شروط التعليق :

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.