45 ans depuis la révolution oubliée “Monsieur, il reste un kilo de viande avec une livre

euromagreb19 يناير 2022آخر تحديث : منذ 4 أشهر
euromagreb
اقلام حرة
45 ans depuis la révolution oubliée “Monsieur, il reste un kilo de viande avec une livre

 

Ecrit par : Mohamed Saad Abdel Latif “Egypte.

La guerre d’octobre 1973 a pris fin et le peuple égyptien a attendu, pour récolter la défaite de la soumission et de la défaite, et le peuple pour vivre une vie décente.Cependant, le peuple égyptien s’est réveillé, le matin du 18 janvier 1977 après JC, devant un gouvernement décision d’augmenter jusqu’au double les prix des produits de base tels que (pain, thé, riz, sucre et viande, textiles et autres biens essentiels). Des manifestations ont éclaté dans toutes les villes égyptiennes, et elles ont été appelées
L’Intifada du pain, et “Sadate l’a appelé le soulèvement du voleur”, est un soulèvement populaire massif qui a eu lieu en Égypte les 18 et 19 janvier 1977, contre le régime du président Anouar Sadate dans presque toutes les grandes villes d’Alexandrie à Assouan en passant par Le Caire. , en raison du doublement des prix des denrées alimentaires. Fondamentalement, y compris le pain. Toutes les sectes du peuple égyptien y ont participé, et c’était une union
Les étudiants égyptiens sont à l’avant-garde des manifestations, les ouvriers d’usine, la gauche égyptienne et les nassériens. Les manifestants sont arrivés le premier jour sur la place Tahrir au Caire. Sadate avait l’habitude d’aller chaque année en hiver en raison du temps doux dans le sud de l’Égypte pour Manifestations, émeutes, affrontements entre manifestants et sécurité centrale, et incendies de postes de police, d’institutions gouvernementales et de devantures de magasins, Sadate a eu peur. Après avoir appris que les manifestants se dirigeaient vers la maison de repos dans laquelle il résidait, il est parti immédiatement. Sadate a donné l’ordre de descendre l’armée après des actes de violence catastrophiques, faisant 87 morts et plus. Sur les 250 blessés, les affrontements entre l’armée et les les révolutionnaires n’étaient pas attendus dans les rues du Caire le 19 janvier 1977. Une décision fut rendue
En imposant un couvre-feu et l’armée descendit dans les villes pour contrôler les manifestations et les actes de sabotage qui visaient les bâtiments gouvernementaux et les magasins, et arrêta des milliers de manifestants, dont des ouvriers et des étudiants, le peuple égyptien rêvait de la prospérité économique promise par Anwar Sadate après la guerre de 1973 et sa « transformation du socialisme au capitalisme. » Et proche des États-Unis. Cependant, le 17 janvier 1977, le vice-Premier ministre chargé des affaires financières et économiques, “Dr Abdel Moneim Al-Qaisoni”, annonça dans une déclaration devant l’Assemblée populaire une série de décisions économiques, dont la suppression des subventions sur un groupe de produits de base, augmentant ainsi les prix du pain, du sucre, du thé, du riz, du pétrole, de l’essence et des produits de base 25. D’autres produits de base importants dans la vie d’un simple citoyen ont pris des décisions économiques et sont descendus dans la rue lors de manifestations massives scandant contre (la faim, la pauvreté et la chute du gouvernement et du régime),
Dans la matinée, les étudiants parlaient des décisions choquantes et de la colère qui envahissait le cœur des citoyens. De nombreuses séances de discussion entre les étudiants et des contacts ont été pris avec les étudiants d’autres instituts et facultés, et il a été convenu d’organiser une marche pour rejeter les décisions des diplômés de l’université du Caire et se diriger vers l’Assemblée du peuple, et pas un instant ne s’est écoulé avant qu’un torrent d’étudiants ne pénètre les portes de fer de l’université et ne traverse le pont de l’université en direction de la rue Qasr Al-Aini quand ils ont rencontré d’autres marches organisées par les travailleurs de la zone industrielle de Helwan, et chaque fois que les foules se déplaçaient, la foule les rejoignait en scandant : « Nous sommes le peuple avec les travailleurs. Contre le gouvernement de l’exploitation. » De Qasr al-Aini à la place Tahrir en passant par Bab al-Louk, les gens peuvent à peine croire que cela se produit.
Bien que le gouvernement ait été contraint de revenir sur sa décision d’augmenter les prix, Sadate a continué à décrire le soulèvement dans ses discours comme le soulèvement des voleurs; A cause d’actes de pillage qui ont visé des complexes de consommation pendant les événements, les communistes et la gauche égyptienne ont blâmé ces événements et les ont qualifiés de soulèvement de voleurs !!

“Mohammed Saad Abdel Latif”
Écrivain et chercheur égyptien en géographie politique

اترك تعليق

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.


شروط التعليق :

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.

%d مدونون معجبون بهذه: