Déclaration conjointe des deux chambres du Parlement : Le Parlement marocain décide de reconsidérer ses relations avec le Parlement européen et de les soumettre à une évaluation globale

euromagreb24 يناير 2023آخر تحديث : منذ 3 أيام
euromagreb
أخبارنا المغاربية
Déclaration conjointe des deux chambres du Parlement : Le Parlement marocain décide de reconsidérer ses relations avec le Parlement européen et de les soumettre à une évaluation globale

 

Suite aux récentes positions du Parlement européen vis-à-vis de notre pays, le Parlement marocain, avec ses deux chambres, a tenu une séance commune le 23 janvier 2023, au cours de laquelle sont intervenus les présidents et les représentants des différents groupes et groupes parlementaires et non – parlementaires attachés.

dsc7028 2 - EUROMAGREB.COM

Au terme de cette session, le Parlement marocain a publié la déclaration suivante :

“Le Parlement du Royaume du Maroc, avec ses deux Chambres, condamne la campagne malveillante contre notre pays, dont le dernier développement a été le vote par le Parlement européen d’une recommandation le 19 janvier 2023. Il enregistre également avec beaucoup d’étonnement et mécontentement cette recommandation, qui a détruit le niveau de confiance entre les institutions législatives marocaine et européenne et a gravement affecté les accumulations positives, dont la réalisation a pris plusieurs décennies.

Le Parlement marocain regrette que le Parlement européen se soit soumis à des partis hostiles en son sein et se soit laissé influencer par leur campagne malveillante, visant un partenaire solide et crédible, qui joue un rôle important dans la protection des droits et des libertés, ainsi que dans la défense de la paix et de la sécurité régionales et internationales. C’est un pays qui constitue un pilier de stabilité, de bon voisinage et de compréhension entre les peuples, les civilisations et les cultures.

Face à cette grave déviation d’une institution censée se caractériser par la sobriété, la capacité à distinguer les faits des faux, et qui œuvre à la consécration de la suprématie des principes et à la sauvegarde des droits et de la législation, dans le plein respect de la souveraineté des des États partenaires, le Parlement du Royaume du Maroc, avec toutes ses composantes, souligne ce qui suit :

1. Le Parlement marocain condamne fermement les tentatives hostiles visant à porter atteinte aux intérêts et à l’image du Maroc et aux relations distinguées et anciennes entre le Royaume et l’Union européenne, qui sont fondées sur des valeurs et des principes partagés et des intérêts mutuels. De même, il considère la recommandation adoptée par le Parlement européen comme une violation inacceptable de ses pouvoirs et compétences, et une ingérence inacceptable dans sa souveraineté et dans l’inviolabilité et l’indépendance de ses institutions judiciaires, exprimant son rejet absolu des tendances à la tutelle ou recevant des leçons de n’importe où, quel que soit le niveau des relations avec le Royaume.

2. Le Parlement marocain, avec toutes ses composantes politiques, exprime sa déception face à la position négative et au rôle non constructif joué, lors des débats au Parlement européen et des consultations sur le projet de recommandation contre notre pays, par certains groupes politiques d’un pays considéré comme un partenaire historique du Maroc. Le Parlement marocain déplore des prises de position et des pratiques qui manquent de sincérité et de loyauté, contraires à l’esprit associatif.

3. Le Parlement du Royaume du Maroc n’a pas à réaffirmer l’attachement du Royaume aux droits de l’homme internationalement reconnus. Le Royaume se caractérise dans son environnement régional par le dynamisme de sa société civile, la vitalité de sa scène médiatique et la crédibilité de ses institutions et mécanismes indépendants actifs dans le domaine des droits des individus et des groupes, ainsi que leur engagement actif auprès des les conventions internationales pertinentes et sa ferme volonté d’aller de l’avant dans l’établissement et le renforcement de l’État des institutions et de droit, dans le cadre du pluralisme politique et multipartite et de la liberté d’opinion et d’expression.

4. Le Parlement marocain rappelle sa ferme volonté de sauvegarder les droits et libertés et les moyens de les exercer pleinement, ainsi que son exercice du pouvoir législatif, le vote des lois, le contrôle de l’action gouvernementale et l’évaluation des politiques publiques. Il rappelle ses pouvoirs législatifs, y compris dans les domaines des libertés et droits fondamentaux, inscrits dans la Constitution du Royaume de 2011, notamment la protection, la promotion et le développement du système des droits de l’homme, compte tenu du caractère universel de ces droits et leur indivisibilité.

5. Le Parlement marocain rappelle qu’il est un acteur clé dans de nombreuses organisations parlementaires, régionales, continentales et internationales, et en est membre, soulignant qu’aucune organisation partenaire n’a jamais outrepassé ses pouvoirs et osé s’immiscer dans les affaires intérieures d’un souverain et ses institutions, mais s’engage à respecter son indépendance et à établir une confiance institutionnelle commune.

6. Le Parlement marocain souligne qu’il a toujours été un espace de dialogue et de communication multidimensionnelle, puisqu’il a abrité de nombreuses conférences et réunions multilatérales générales et thématiques, aux niveaux international, régional et local, qui ont porté sur des questions d’actualité, telles comme la lutte contre le terrorisme, la défense de la paix, la démocratie, les migrations, les droits de l’homme, l’environnement, l’intégration des jeunes dans le développement, l’égalité entre les hommes et les femmes, entre autres. L’institution législative marocaine considère que plusieurs projets et programmes parlementaires conjoints entre les deux institutions font désormais l’objet d’interpellations et d’interrogations, à la lumière de la dernière recommandation du Parlement européen,

7. Le Parlement marocain rejette l’exploitation et la politisation des affaires qui sont au centre de la compétence de la justice pénale et qui entrent dans le cadre des affaires de droit commun, qui ont fait l’objet de condamnations judiciaires pour des chefs d’accusation qui n’ont pas d’importance. liées à l’activité journalistique ou à l’exercice de la liberté d’opinion et d’expression, mais sont liées à des crimes tels que la traite des êtres humains, les abus sexuels et l’exploitation de la vulnérabilité des personnes, qui sont punis par la loi des différents pays du monde. A cet égard, le Parlement marocain souligne la nécessité de respecter l’inviolabilité et l’indépendance de la justice marocaine, qui s’est toujours montrée prête à garantir les conditions et exigences nécessaires à un procès équitable.

8. La résolution adoptée par le Parlement européen a sapé les fondements de la confiance et de la coopération entre le Parlement marocain et le Parlement européen, et a affecté les accumulations positives réalisées au cours de décennies d’action commune, à un moment où nous aspirions tous à de nouveaux projets prometteurs. des perspectives dans les relations entre les deux institutions pour plus d’efficacité et de coordination au bénéfice de l’intérêt commun de nos peuples.

9. Le Parlement marocain considère que la recommandation du Parlement européen implique un renoncement à tous les mécanismes institutionnels de dialogue et de coordination, qui ont été spécifiquement mis en place pour être un espace de dialogue et de débat large et franc dans le cadre de l’association et du respect mutuel. De cette manière, il a laissé ce mécanisme sans contenu et en a annihilé la finalité, violant le contenu et les décisions des rencontres bilatérales et multilatérales, ainsi que les efforts incessants de la Commission parlementaire mixte Maroc-UE depuis sa création en octobre 2010. La Commission a consolidé la dimension parlementaire du partenariat entre le Maroc et l’Union européenne et a joué un rôle important dans le renforcement et l’institutionnalisation des relations entre les Parlements marocain et européen.

10. Le Parlement marocain exhorte les forces politiques européennes à faire preuve de sagesse et de sobriété et à rejeter la confusion délibérée entre les droits de l’homme garantis au Maroc conformément à la Constitution, aux lois et aux institutions, d’une part, et les allégations manquant de crédibilité promus par certains partis et organisations connus pour leurs positions hostiles contre le Maroc, d’autre part.

Sur la base de ce qui précède, le Parlement marocain, composé de ses deux chambres, a décidé à ce jour :

– Reconsidérer ses relations avec le Parlement européen et les soumettre à une évaluation approfondie afin de prendre les décisions appropriées et fermes ;

– notifier à la Présidence du Parlement européen le procès-verbal de cette réunion, y compris les positions et interventions des présidents et représentants des Groupes et Groupements parlementaires, ainsi que des parlementaires non inscrits au cours de la même session ;

– Informer également la Présidence du Parlement européen des décisions qui seront adoptées ultérieurement.

اترك تعليق

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *


شروط التعليق :

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.