Des dizaines d’anciens tués par COVID-19 dans les camps de réfugiés de Tindouf cachés par le Front Polisario

admin5 أغسطس 2020آخر تحديث : منذ سنتين
admin
أخبار دولية
Des dizaines d’anciens tués par COVID-19 dans les camps de réfugiés de Tindouf cachés par le Front Polisario

Les décès de dizaines de personnes âgées ne sont pas comptabilisés dans les statistiques de décès de covid-19 dans les camps de réfugiés sahraouis
Au 3 août, cinq (05) cas confirmés et au moins un décès de coronavirus (Covid-19) avaient été signalés dans des camps de réfugiés sahraouis, selon les chiffres officiels du gouvernement sahraoui.

Mais le nombre réel de victimes et de victimes pourrait être beaucoup plus élevé.

Des médecins, des journalistes et des militants sahraouis des médias sociaux avertissent qu’une proportion importante de personnes âgées est ignorée dans les statistiques officielles sur les coronavirus dans les camps de réfugiés sahraouis.

Le bilan officiel de la pandémie dans les camps de réfugiés sahraouis, comme dans d’autres parties du monde, a été critiqué pour ne pas inclure les personnes âgées qui meurent dans les hôpitaux et présentent des symptômes similaires à Covid-19.

Cette situation s’est répétée au début de la pandémie dans des pays comme l’Espagne, l’Italie et, jusqu’à récemment, la France, parmi d’autres pays hors de l’Union européenne.

Les autorités sanitaires sahraouies ne comptent que les personnes dont on sait qu’elles sont infectées, après les avoir testées. Cette méthode laisse de côté un grand nombre de personnes qui meurent, à la fois à domicile et à l’hôpital. Dans la partie médicale de la plupart de ces décès (à laquelle ce média a accès), il reflète que la cause du décès est due à une épidémie dangereuse sans préciser de quoi il s’agit, cependant aucune mesure n’est prise pour contenir la contagion.

Au vu de la polémique engendrée et déchaînée dans les camps de réfugiés sahraouis lorsque ces informations ont été rendues publiques, le gouvernement sahraoui n’a pas ouvert d’enquête ni ordonné un suivi quotidien de la mortalité des personnes âgées.
Ainsi, ce lundi, la RASD a dénombré un (01) décès, alors que chaque jour, dans presque tous les camps, au moins huit à dix (8 à 10) personnes âgées meurent dans des circonstances étranges pendant deux semaines. Certains proches du défunt ont publiquement dénoncé les événements sur les réseaux sociaux demandant la protection de leurs proches, tandis que d’autres gardent le silence.
Plus de 50 morts invisibles dans les statistiques

Les derniers chiffres de la Commission ad hoc, qui comprend tous les décès liés au covid-19 dans les camps de réfugiés et les territoires libérés au Sahara occidental, montrent le nombre total de décès enregistrés au 3 août.
Cependant, un groupe de militants sahraouis, de journalistes, de médecins et même de membres du Comité chargé de surveiller la situation sanitaire ont demandé à la ministre de la Santé de la RASD, Jira Bulahi Bad, un bilan quotidien plus complet.
Les autorités sanitaires sahraouies ont reconnu hier dans un communiqué publié par le SPS qu’il y avait des infections à covid-19 chez plus de 30 personnes et plus de 50 suspects (proches des personnes infectées), sans préciser le nombre de décès dus à la maladie.
Dans les camps de réfugiés sahraouis, ces derniers jours, plusieurs sources ont annoncé que les autorités n’incluent pas les décès de dizaines de personnes âgées décédées et demandent à être testées pour voir si elles sont infectées ou non par le virus mortel.

Source: ECSAHARAUI

اترك تعليق

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *


شروط التعليق :

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.