Droits de l’Homme dans les camps de Tindouf en Algérie : situation précaire et alarmante.

euromagreb23 يونيو 2022آخر تحديث : منذ شهرين
euromagreb
أخبار دولية
  Droits de l’Homme dans les camps de Tindouf en Algérie : situation précaire et alarmante.

20220623 205435 - EUROMAGREB.COM

Date et heure : Mardi 21 Juin 2022 à 15h.
Organisateurs :
–         Promotion du Développement Économique et Social ”PDES-NGO” ;
–         Observatoire International de la Paix, de la Démocratie et des Droits de l’Homme, Genève ”IOPDHR-GENEVA”.
Lieu : évènement virtuel
Lien : https://us06web.zoom.us/j/85960042989
Format : Cet événement parallèle se déroulera sous forme virtuelle en format webinaire, hébergé par la plateforme ZOOM, d’une durée de 1h30, conformément aux modalités de la session du Conseil des Droits de l’Homme (CDH). L’événement se déroulera en arabe, et l’interprétation en anglais sera assurée.
Background :
L’organisation du Polisario dans les camps de Tindouf au sud-ouest de l’Algérie est encore un terrain clos qui échappe à tout contrôle international, et ce malgré les crimes et les graves violations commis depuis sa création et qui se poursuivent de nos jours.
La classification des camps de Tindouf comme camps de réfugiés connaît toujours beaucoup de complexité, au vu de l’inexistence d’un recensement et de rapports, et en l’absence de documents officiels ou de cartes de réfugié octroyés aux populations, sans oublier le caractère militaire de ces camps, et ce, en totale contradiction avec les termes de la Convention de Genève sur les réfugiés.
La direction du Polisario a su, pendant près de cinq décennies, resserrer son emprise sur l’espace public en empêchant tout signe de manifestation ou de contestation, tout en confisquant le droit à la liberté d’expression des voix qui s’élèvent contre leurs orientations.
Le droit d’association n’a pas échappé à cette règle, tandis que les droits civils et politiques ont connu une détérioration importante en raison de l’instauration de l’état d’urgence et le déclenchement de l’état d’alerte sécuritaire dans les camps et leurs environs, et du renforcement des contrôles arbitraires sous prétexte de faire face au terrorisme.
Malgré tous ces obstacles et ces entraves, les camps de Tindouf ont connu récemment une série de sit-in et de protestations regroupant des centaines de personnes. Les habitants des camps ne se contentent plus de parler en secret ou en cachette ; et la situation s’est transformée en actions de protestation contre les dirigeants suite au cumul d’incidents sociaux et politiques, ce qui a entraîné une recrudescence du mouvement contestataire dans les camps de Tindouf, exacerbé par l’approche sécuritaire opprimante.
Ces événements d’une fréquence sans précédent, sur lesquels se basent les rapports de l’ONU, notamment le rapport de son Secrétaire Général, ont alerté, sur la grande insécurité, la criminalité et la guerre de gangs, menant vers une situation de chaos, démasquant, ainsi, l’échec de l’organisation du Polisario à contrôler la situation sécuritaire à l’intérieur des camps.
Cette situation est devenue une menace pesante sur la sécurité et la stabilité, non seulement, dans les camps de Tindouf, mais dans tous les pays voisins, surtout après que le Polisario s’est soustrait à l’accord de cessez-le-feu, se vantant d’avoir une pépinière de réserve de son idéologie auprès des jeunes, des adolescents et même des enfants, qu’il a endoctrinés et normalisés avec la violence, les engageant, ainsi, dans la propagande de guerre et, faisant d’eux des proies faciles pour les groupes terroristes actifs dans la région.
Thèmes du séminaire :
·        La situation des droits et libertés dans les camps de Tindouf ;
·        Les conditions de classement selon la Convention de Genève sur les réfugiés ;
·        L’aggravation de la situation contestataire et l’insécurité dans les camps de Tindouf ;
·        La situation de non droit dans les camps et la responsabilité du pays hôte : l’Algérie.
Coordination et modération :
·        Mme. Aicha Duihi, Présidente de l’observatoire international pour la Paix, la Démocratie et les Droits de l’Homme de Genève ‘’IOPDHR-GENEVA’’.
Intervenants :
·        Mme. Karima Ghanem, Présidente du Centre International pour la Diplomatie ;
·        M. Naoufal Bouamri, Avocat et défenseur des droits de l’Homme ;
·        M. Mohammed Al-Zahrawi, Professeur de Sciences Politiques ;
·        M. Badr Zaher Al Azrak, Professeur de droit des affaires.

اترك تعليق

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.


شروط التعليق :

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.