Fonds pour une école de l’Islam à Malines. Le procureur pensait que de l’argent criminel était blanchi. Selon la chambre du conseil

admin16 أبريل 2020آخر تحديث : منذ سنتين
admin
Samenleving
Fonds pour une école de l’Islam à Malines. Le procureur pensait que de l’argent criminel était blanchi. Selon la chambre du conseil

L’homme d’affaires anversois Othman El B., également mentionné dans les enquêtes sur les drogues, a été poursuivi pour blanchiment d’argent. Il a été arrêté en 2016 parce qu’il aurait déposé 115 000 euros en espèces lors d’une levée de fonds pour une école de l’Islam à Malines. Le procureur pensait que de l’argent criminel était blanchi. Selon la chambre du conseil, il n’y a aucune preuve de cela. 

L’organisation à but non lucratif Vrije Islamic Islamic Primary School Mechelen (VIB) a lancé une levée de fonds en janvier 2016 pour acheter un terrain le long de la Caputsteenstraat à Malines. L’organisation à but non lucratif voulait y établir la première école d’islam en Flandre. L’école avait besoin de 630 000 euros. L’un des dons les plus importants proviendrait d’Othman El B. d’Anvers. Il y avait un dépôt en espèces de 115 000 euros. 
Othman El B., qui réside actuellement à Dubaï et gagne sa vie en tant que vendeur de montres exclusives, est régulièrement associé à des enquêtes sur les drogues. Par exemple, il est intervenu lorsque son jeune frère Younes a été enlevé fin 2016 par des gangsters français travaillant pour le compte d’un seigneur de la drogue néerlandais. Les Français ont été condamnés à 12 ans de prison le mois dernier. 

Début 2016, le parquet fédéral a ouvert une enquête sur le financement de l’école Islam à Malines. Non seulement le cadeau d’Othman El B. était suspect. D’autres dons plus modestes de prêteurs ayant un casier judiciaire ont également été examinés. El B. a été arrêté alors qu’il voulait partir à l’aéroport de Zaventem. Il a dû expliquer le cadeau, mais a été autorisé à partir en tant qu’homme libre par la suite. 

“Pas donné par moi”

L’enquête sur le blanchiment d’argent a duré quatre ans et, dans le cas d’Othman El B., elle se termine par des poursuites supplémentaires. El B. a pu démontrer aux enquêteurs que le don controversé de 115 000 euros n’avait pas été fait par lui, mais par d’autres personnes. C’est pourquoi le parquet fédéral a demandé mardi des poursuites à l’extérieur. 
Le parquet de Malines a confirmé hier que la chambre du conseil avait effectivement poursuivi Othman El B. L’homme n’était pas présent à l’audience. Il réside presque en permanence à Dubaï. 
À cette époque, le parquet fédéral a saisi les fonds collectés, ce qui a empêché la construction de l’école musulmane.  

Cocaïne

Dans le passé, l’homme d’affaires d’Anvers aurait souvent été lié à des importations de cocaïne à grande échelle via le port d’Anvers. L’association n’avait pas connaissance d’un casier judiciaire et a accepté l’argent.
Le parquet d’Anvers à Malines a pris connaissance d’un éventuel financement suspect et a ouvert une enquête. Dans ce contexte, le président et le trésorier de l’association ont été interrogés hier. En plus de savoir qui était à l’origine du don, les enquêteurs ont également voulu savoir qui  avait recruté le donateur anonyme et comment fonctionne le fonds.
Après interrogatoire, ils ont été autorisés à disposer. L’accusation a refusé de commenter hier. La somme a été versée lors d’une action caritative de l’association à but non lucratif fin décembre 2015. L’objectif de l’association est de collecter 630 000 euros, d’acheter un terrain le long de la Caputsteenstraat et d’y construire la première école islamique en Flandre.

Publiée par https://m.hln.be/

اترك تعليق

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.


شروط التعليق :

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.