Interdiction flamande d’abattre sans étourdissement en violation du droit européen », déclare l’avocat général à la Cour européenne

admin10 سبتمبر 2020آخر تحديث : منذ سنتين
admin
Samenleving
Interdiction flamande d’abattre sans étourdissement en violation du droit européen », déclare l’avocat général à la Cour européenne

Le décret flamand introduisant une interdiction d’abattage d’animaux sans étourdissement est contraire au droit européen. Telle est l’avis d’un avocat général de la Cour européenne de justice. Il s’agit d’une conclusion et donc pas encore d’un arrêt, mais il est plutôt exceptionnel que la Cour de l’Union européenne, dans son arrêt final, s’écarte encore considérablement de l’appréciation de l’avocat général.

13a25838 f33e 11ea afb1 e1a1729e4f5c web scale 0.1333333 0.1333333   - EUROMAGREB.COM

Depuis le 1er janvier 2019, il est interdit en Flandre d’abattre des animaux sans être préalablement étourdi. Cela s’applique également à l’abattage rituel dans les cercles religieux. Plusieurs associations juives et musulmanes se sont alors adressées à la Cour constitutionnelle, qui a renvoyé la question à la Cour européenne de justice.

L’avocat général Gerard Hogan a désormais jugé que le décret, qui date de 2017, est effectivement contraire au droit européen, plus spécifiquement à la liberté religieuse. Les Etats membres européens ne peuvent pas introduire une interdiction d’abattage sans étourdissement, qui s’applique également à l’abattage dans le cadre d’un rite religieux, dit Hogan. Pour l’abattage religieux, ils doivent prévoir une procédure d’étourdissement alternative où l’étourdissement est réversible et n’entraîne pas la mort de l’animal.

Le règlement européen sur la protection des animaux au moment de leur mise à mort exige que les animaux ne soient tués qu’après avoir été “étourdis”, mais le même règlement prévoit également une exception, de sorte que les animaux puissent encore être abattus selon certaines méthodes religieuses, a-t-il poursuivi. Si les États membres interdisent l’abattage rituel sans anesthésie préalable – ou anesthésie immédiatement après la gorge – alors «l’essence des garanties religieuses de la Charte est sapée pour les adeptes du judaïsme et de l’islam, pour qui ces rituels ont une profonde importance religieuse personnelle. ».

Hogan admet que l’abattage rituel est «souvent difficile à concilier avec les points de vue modernes sur le bien-être animal», mais cela ne signifie pas que les États membres devraient être autorisés à saper l’exception dans la législation européenne pour le bien-être des animaux, dit-il.

La conclusion de Hogan n’est pas encore un arrêt définitif de la Cour européenne, qui ne suivra peut-être que dans quelques mois. Mais il est assez exceptionnel que, dans son arrêt, la Cour européenne s’écarte encore considérablement de l’appréciation de l’avocat général.

اترك تعليق

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.


شروط التعليق :

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.