L’Algérie, bien qu’évitant sa responsabilité, est une partie directe au conflit du Sahara

euromagreb24 يناير 2022آخر تحديث : منذ 5 أشهر
euromagreb
أخبار دولية
L’Algérie, bien qu’évitant sa responsabilité, est une partie directe au conflit du Sahara

Il a toujours utilisé le gang armé du Front Polisario comme écran pour échapper à la responsabilité du problème

 

R PRESSE Pedro I. Altamirano . Malaga, le 24 janvier 2022.- La décision de l’Algérie de se retirer du conflit du Sahara marocain, au moment même où les Nations unies promeuvent la poursuite des négociations pour parvenir à un accord multilatéral, est une autre preuve claire du sale jeu qu’elle mène depuis le moment même où il est devenu propriétaire de la bande armée du Front Polisario. Il méprise ainsi l’organisation onusienne, son président Antonio Guterres, l’envoyé spécial Staffan de Mistura, qui s’est rendu à Rabat, en Algérie et dans les camps de réfugiés sahraouis de Tindouf avec l’intention de relancer le processus de négociation.
QCette stratégie de l’Algérie est déjà plus que connue, elle n’a jamais voulu faire face à sa responsabilité. Il a su profiter du processus de décolonisation du Sahara marocain, et du Polisario depuis le début, pour s’emparer du territoire saharien, avoir un accès direct à ses ressources et à l’Atlantique, à travers un hypothétique gouvernement fantoche de la République arabe sahraouie démocratique (RASD). Le chef du Polisario Brahim Ghali, n’a pas hésité à se mettre au service des intérêts algériens, réalisant un véritable putsch au sein du gang, assassinant ses compagnons et remplissant la direction du gang d’agents pro-algériens. A partir de ce moment, toute l’action algérienne s’est toujours faite par l’intermédiaire du Polisario, échappant ainsi à sa responsabilité.
Il est à noter que, depuis le début, toutes les résolutions des Nations unies confirment l’implication directe de l’Algérie, qu’elle appelle à plusieurs reprises à une collaboration positive, mais qui, de la même manière, l’ignore. Il n’est pas étonnant qu’en ce moment, alors même que l’ONU se mobilise pour avancer dans la négociation, le pouvoir militaire algérien joue une fois de plus avec le joker du Polisario, pour tenter de sortir de l’équation, et de la même manière , retarder la solution négociée du conflit. C’est la seule chose que l’Algérie poursuit, tergiverse pour que le conflit continue, non pas au profit d’une RASD inexistante, mais plutôt dans son propre intérêt et pour nuire au Royaume du Maroc, que vous voulez continuer à pointer du doigt le niveau international.
La vérité, c’est que la seule possibilité d’arriver à un accord, c’est justement que ce soit l’Algérie, et sa marionnette le Polisario, qui s’assoit pour négocier. Tant que l’Algérie ne s’assiéra pas, toute solution pacifique sera impossible, mais qui pense vraiment que l’Algérie veut la paix ? Les provocations continues au Royaume du Maroc : la fermeture historique des frontières, le déni d’espace aérien, ou encore la question du gaz, ne sont que la pointe de l’iceberg des véritables intentions algériennes, de déstabiliser la zone à tout prix et de la maintenir ainsi. jusqu’à ce qu’ils s’emparent du Sahara et de ses ressources.
La seule solution pour la résolution du conflit sahraoui ne passe plus par le Polisario, ni par l’Algérie. La solution au conflit ne passe que par la déclaration internationale du Polisario comme groupe terroriste et sa sortie de l’équation au même titre que l’Algérie. L’ONU doit oublier cette voie et reconnaître une fois pour toutes la souveraineté du Royaume du Maroc sur ses provinces du sud, et que les droits des tribus autochtones soient respectés, tels que reconnus à la fois dans la charte des droits des peuples autochtones et l’OIT en le même sens.

اترك تعليق

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.


شروط التعليق :

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.