L’algérien arrêté pour djihadisme à Madrid était en Espagne depuis quelques mois et avait du matériel pour fabriquer des engins incendiaires

admin4 أكتوبر 2020آخر تحديث : منذ سنتين
admin
أخبار دولية
L’algérien arrêté pour djihadisme à Madrid était en Espagne depuis quelques mois et avait du matériel pour fabriquer des engins incendiaires

MADRID, 3 oct. (EUROPA PRESS) –
L’Algérien détenu à Madrid pour ses liens présumés avec DAESH vivait irrégulièrement en Espagne depuis moins d’un an après avoir traversé différents pays où il a été retrouvé par différents services d’information. Les enquêteurs ont retrouvé chez lui différents éléments pour la fabrication de dispositifs incendiaires.

Comme indiqué dans l’ordre d’entrée dans la prison, Abdelghani B. avait “une formation à la fabrication d’engins incendiaires, ainsi qu’à l’utilisation et au maniement des armes et au combat rapproché”. Plus précisément, des cylindres de polystyrène dans des sacs en plastique et des comprimés blancs de cellulose comprimée sont mentionnés, qui sont considérés comme des matériaux à «potentiel nocif considérable» tels que les dispositifs incendiaires faits maison.
Selon l’ordonnance signée par la juge du tribunal national María Tardón, à laquelle Europa Press a eu accès, la personne arrêtée a constamment consommé de la propagande djihadiste sur Internet et a mené “des activités de trafic de faux ou falsifiés documents d’identité ou de voyages”. .

L’enquête doit maintenant déterminer s’il agissait en faveur de l’organisation terroriste ou si ce qu’il faisait était de faciliter leur évasion, car il se trouvait en Espagne de manière irrégulière. Les sources de l’enquête ajoutent qu’il a loué une chambre avec d’autres personnes il y a moins d’un an.
Le détenu le 30 septembre par le Service d’information de la Garde civile était également présent sur les canaux où le matériel multimédia de l’État islamique (DAESH) est diffusé, mettant en évidence les canaux où le contenu approprié est publié pour l’auto-apprentissage dans le maniement des armes de feu, couteaux, tutoriels pour la fabrication de matériel incendiaire et techniques de combat au corps à corps.

L’opération a également été déclenchée par la constatation que des liens avec des individus faisant l’objet d’une enquête pour terrorisme dans d’autres pays ont été détectés et qu’ils pouvaient constituer une menace pour la sécurité nationale.

La voiture souligne également sa participation à WhatsApp dans un groupe appelé «Jihad and Military Sciences», où il a fait circuler un manuel intitulé «Le couteau militaire, arme du combattant salafiste». Des infographies ont également été distribuées pour capturer les techniques des tireurs d’élite. Les enquêteurs analysent actuellement le matériel saisi, y compris les conversations sur les écoutes téléphoniques justifiées.
Le juge Tardón rappelle que différents groupes terroristes accordent une attention particulière à l’évolution de la pandémie COVID-19. Abdelghani B., en particulier, a refusé de sortir dans la rue pendant la pandémie en raison du risque d’être identifié par les forces et organes de sécurité de l’État, ce qui est lié à sa radicalisation en raison du fait qu’il a passé plus de temps exposé à la propagande DAESH. , augmentant à son tour la probabilité d’exécuter une action violente.

Les sources de l’enquête susmentionnées soulignent que, bien que la documentation continue d’être analysée, rien n’indique qu’elle avait un plan en place ou envisageait de mener une action terroriste.

اترك تعليق

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *


شروط التعليق :

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.