Sexe, mensonges et vidéo: la victime présumée d’un viol est la collègue d’Omar Radi

admin31 يوليو 2020آخر تحديث : منذ سنتين
admin
Geen onderdeel van een categorie
Sexe, mensonges et vidéo: la victime présumée d’un viol est la collègue d’Omar Radi

La victime présumée de viol accusée d’Omar Radi répond au post du journaliste publié hier soir sur la page FB de son père: “il se sent intouchable parce qu’il a une certaine notoriété et pas moi”, a déclaré HB à AtlasInfo.fr réfutant fermement avoir eu un «rapport sexuel consensuel» avec son collègue.
Les événements se sont déroulés au siège de la publication Le Desk, temporairement déménagé au domicile de son directeur Ali Amar.
Les faits remontent à un peu plus de 2 semaines, exactement dans la nuit du 12 au 13 juillet. Ainsi, HB a mis 10 jours pour réfléchir à la décision de s’adresser au procureur de la cour d’appel de Casablanca, et le lendemain à la gendarmerie la plus proche du lieu où les événements auraient eu lieu pour porter plainte contre le qui accuse aujourd’hui de viol. Dix longues journées paralysées par le doute, réfléchissant à l’impact que cette plainte pourrait avoir sur votre propre vie, votre famille, votre fiancé, vos amis et vos relations professionnelles.
Face au regard des autres
Faire face à son propre jugement, des reproches de toutes sortes, car pour certaines personnes il le cherchait peut-être. À 27 ans, H.B. semble avoir bien évalué tout cela, avec le soutien de ses parents sur ce long chemin pavé de preuves qui l’attendaient. «S’il n’était pas allé parler de moi dans les bars en riant de ce qu’il m’avait fait, j’aurais peut-être gardé le silence, j’avais peur du scandale», explique A Long Silence.
Mais c’est la réaction des partisans d’Omar Radi à l’affaire de la justice marocaine qui l’inquiète le plus, a-t-elle déclaré. Est-ce qu’ils l’écouteraient ou s’alignaient-ils en tournant la tête du côté de celui qu’ils ont accompagné depuis le début de leurs aventures avec justice? Qu’allaient-ils dire? Dénonceraient-ils, comme ils l’ont souvent fait ces derniers mois, une «manipulation» des pouvoirs publics contre un journaliste sans chercher à écouter la victime? Se moqueraient-ils d’elle, elle qui travaille depuis plus d’un an et demi dans l’équipe du même journal que celui qu’elle accuse de viol? Allaient-ils la faire passer pour une «femme légère» qui avait accepté d’avoir une relation volontaire avec Omar Radi avant de signaler une agression sexuelle?
Un soutien sans faille fourni jusqu’à présent à votre collègue
H.B. dit qu’elle connaît la réponse à toutes ces questions et en accepte les conséquences car, dit-elle, elle a soutenu sans relâche Omar Radi dans ce qu’il faudrait appeler le cas du rapport d’Amnesty International. Elle l’a également défendu et s’est rangé du côté de lui lorsqu’il a été convoqué par le BNPJ pour être interrogé sur les fonds qu’il était soupçonné de recevoir de «parties étrangères» pour information. «Nous étions comme une famille, je me sentais pris au piège et trahi. Je n’aurais jamais imaginé qu’il m’agresserait sexuellement », nous dit-il au téléphone.
AtlasInfo.fr n’aurait pas pu rejoindre H.B. si à 22 heures. de ce mercredi 29 juillet, Omar Radi ne se serait pas adressé à l’opinion publique via le compte Facebook de son père, Driss Radi. Jusqu’à présent, nous avions pu obtenir des détails d’une source proche du dossier sur le lieu du viol présumé et grâce aux initiales de la plaignante publiées par Le Desk, nous avons pu l’identifier parmi l’équipe de publication en ligne et accéder ensuite à l’un de ses avocats. , Maîtres Abdelkrim Amlih et Fatima Zahra Ibrahimi.
Quand l’AMDH “dénonce la victime à son bourreau”
Face à ce que son avocat considère comme une violation du secret de l’enquête et des «mensonges dégoûtants» contenus dans la publication d’Omar Radi, H.B. décide de nous parler. «Une seule fois pour que les gens connaissent la vérité», dit-elle, «alors je ne dirai plus rien. Omar Radi est assez familier avec les médias, ces dernières semaines, il s’est entraîné à s’adresser aux gens. Je ne connais pas les gens, ils iront plus loin dans ma vie pour me calomnier et me dégrader comme je viens de le faire avec ce post Facebook. “

Ce n’est pas la version donnée par Omar Radi de la confrontation qui a eu lieu le 27 juillet avec H.B. et un témoin, qui semble blesser davantage la jeune femme. C’est, dit-il, lorsque la personne qu’il accuse dit avoir été contactée par l’Association marocaine des droits de l’homme: “L’AMDH m’a informé samedi 25 juillet dernier qu’une femme leur a rendu visite au siège de l’association à Rabat pour les informer. qui a porté plainte auprès du bureau du procureur général, m’accusant de l’avoir violée dans la nuit du 12 au 13 juillet et demandant à l’AMDH de la soutenir. H.B. est scandalisé que l’association «ait dénoncé la victime à son bourreau».
L’avocat de l’association m’a soumis à un véritable interrogatoire au procès “, ajoute HB,” il a tenté de me faire dire qu’il s’agissait d’une relation consensuelle. Je ne comprends pas, je me suis senti jugé et sale », déplore HB, non sans ajouter:« Il se sent intouchable parce qu’il a une certaine notoriété et moi non, tout comme il s’est senti puissant lorsqu’il a agi à ce moment-là. qu’il y avait des gens qui dormaient à l’étage, qu’il y avait un témoin, qu’il était son ami et qu’il savait qu’il ne dirait rien.
Retour dans la nuit du 12 au 13 juillet
Un communiqué, rendu public mercredi 29 juillet, nous informe que le juge d’instruction avait ordonné la détention provisoire d’Omar Radi après son interrogatoire dans le cadre de deux affaires distinctes. : attentat à la pudeur avec violence et viol dans l’un et «réception de fonds étrangers dans l’intention de porter atteinte à la sécurité intérieure de l’État et entamer des contacts avec des agents de pays étrangers» dans l’autre.
La déclaration ne fournit aucun détail sur le profil du plaignant ou les circonstances des faits allégués contre Omar Radi. A travers un article publié en ligne par Le Desk sur le communiqué, qui nous apprend que le jeune «HB», l’accuse d’un viol commis dans la nuit du 12 au 13 juillet 2020.
Cette même déclaration faisait état d’une plainte déposée par un citoyen devant le procureur, qui nous apprend que la gendarmerie royale a ouvert une enquête à Casablanca. Le parquet a conduit Omar Radi devant le juge d’instruction de la cour d’appel de Casablanca.
Lors d’un affrontement le lundi 27 juillet au siège de la gendarmerie royale, entre le plaignant et Omar Radi, a ajouté Le Desk, Omar Radi aurait allégué “une relation consensuelle”.
Un problème “dérangeant” pour Le Desk.

Une source proche du dossier contactée par Atlasinfo.fr a confirmé que les événements remontent à la nuit du 12 au 13 juillet 2020, et a ajouté qu’ils auraient eu lieu au siège du journal Le Desk. Nous avons contacté la publication, qui a refusé de commenter le “secret de l’enquête”, cependant, un journaliste proche du bureau nous a dit “c’est une affaire inquiétante”. Honteux si l’on considère qu’il s’agit de deux membres de l’équipe sinon trois, compte tenu du “témoin”, également journaliste au sein de l’équipe du journal, un ami proche d’Omar Radi.
Honteux, car les événements se sont déroulés dans les mêmes locaux que le journal, temporairement déménagé au sous-sol du domicile personnel du directeur de la publication Ali Amar, près de Casablanca. Pour soulager HB de sa vieillesse et revenir, car il vit à Rabat, en cette période d’urgence sanitaire, son employeur avait mis à sa disposition une chambre du 16 juin au 26 juillet, précise HB.
Avant la nuit du 12 au 13 juillet, Omar Radi et son ami journaliste avaient passé la nuit dans le salon à une ou deux reprises, poursuit HB. La nuit de l’incident, la chambre où il dormait était occupée par un membre de la famille du propriétaire. Il s’est alors retrouvé endormi dans le coin bibliothèque du grand salon au rez-de-chaussée de la maison, un espace ouvert où Omar Radi et son ami s’étaient assis, après le départ des occupants de la maison et de leurs proches. sont allés dans leurs chambres respectives.
Lorsqu’on lui a demandé si cette situation semblait «normale», H.B. a répondu: «Nous étions collègues, la maison était pleine, avec des enfants, des employés de maison, des parents». Pourquoi aurait-il peur d’Omar Radi? «. Lors d’un dîner une semaine avant cette malheureuse nuit, elle a dit: «il avait agi de manière inappropriée envers moi», mais «j’ai blâmé l’alcool et ses problèmes personnels».

Dans les jours qui ont suivi, j’étais toujours dans un processus d’aide et de solidarité avec lui », poursuit H.B.,« je n’étais pas vraiment bien et je sympathisais avec sa situation. J’ai essayé d’être compréhensif, mais pas au point d’être violée. ”
“Je pensais naïvement qu’Omar voulait juste discuter”
Quand on évoque le SMS cryptique qu’elle aurait échangé avec lui juste avant les événements, HB élève la voix, se met en colère, et dénonce le fait qu’il voit en lui une invitation à une relation intime: dans une maison bondée où je suis invité, avec des gens que je considère comme de la famille, à avoir une relation consensuelle sur un canapé au milieu du salon.

Quand il m’écrit: «Je viens ou tu viens», je réponds spontanément: «Viens quand tu as fini», parce que je parlais au téléphone avec mon fiancé, et je pensais naïvement qu’Omar voulait juste parler. Quand Omar Radi a rejoint H.B. dans le salon où il se trouvait, il parlait en appel vidéo avec son fiancé.
De son côté, l’accusé nie catégoriquement les faits dans la publication publiée par son père hier soir. Il soutient que ce serait une «vengeance». Il écrit: “Pendant l’interrogatoire, j’ai fermement nié toutes les allégations et dit aux enquêteurs que cette affaire n’était rien de plus qu’une plainte motivée par la vengeance.” De plus, il parle de «tricherie» et de «mécanisation», et ajoute: «ma seule erreur dans ce cas est d’avoir exercé ma liberté individuelle sans tenir compte des dangers qui m’entourent, sans y prêter attention».
On peut s’interroger sur cette prise de parole publique d’Omar Radi et sur l’état d’esprit dans lequel elle a été rédigée pour témoigner devant l’opinion publique «nationale et internationale». Au-delà de la tourmente qu’elle en vient à propos du secret de l’enquête, elle questionne la sérénité nécessaire pour traiter cette affaire par la justice, tout comme elle remet en question la théorie du complot une fois de plus évoquée par le journaliste, probablement une fois de trop.
On peut s’interroger sur ce discours public d’Omar Radi et l’état d’esprit dans lequel il a été rédigé pour attirer l’attention de l’opinion publique «nationale et internationale». Au-delà des problèmes qu’il apporte au secret de l’enquête, il s’interroge sur la sérénité nécessaire au traitement de cette affaire par la justice, ainsi que des interrogations sur la théorie du complot évoquée à nouveau par le journaliste, probablement une fois trop souvent. .
Un lexique qui banalise les cas des journalistes
«Mécanisation», «tricherie», «manipulation», «harcèlement», «complot», «oppression»: cette dialectique récurrente, qui s’est intensifiée ces derniers mois dans plusieurs cas liés notamment aux journalistes, présente le danger de banaliser ces derniers. les mots aux yeux de l’opinion publique, au point de les vider de tout leur sens. Cela pose également un risque sérieux pour une éventuelle affaire à venir impliquant un journaliste, le risque de ne pas être entendu, ainsi que de mettre en danger toute femme qui souhaite dénoncer son agresseur.
Le fait est que cette problématique, qui implique des personnes qui se connaissent et se couchent au quotidien, n’a pas la même résonance que les précédentes. Il appartient aux tribunaux de le démêler et de statuer à partir du 22 septembre.

اترك تعليق

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.


شروط التعليق :

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.