L’armée algérienne attaque les réfugiés sahraouis à Tindouf. Tuer un mineur

HASSAN MISSBAH
أخبار دولية
HASSAN MISSBAH27 نوفمبر 2021آخر تحديث : منذ شهرين
L’armée algérienne attaque les réfugiés sahraouis à Tindouf. Tuer un mineur

Hier, vendredi 26 novembre, plusieurs médias liés au Polisario ont confirmé que l’armée algérienne a tué un enfant sahraoui et grièvement blessé un autre jeune homme alors qu’ils cherchaient de l’or dans une mine sans permis dans la zone du “Majr al-Zahab” , à proximité des camps de Tindouf, à l’est du camp dite de la « province de Dakhla ».
L’attaque a coûté la vie à l’enfant Obaidati Ould Bilal, décédé sur le coup, tandis que le jeune Feli Ould Baraka, a été transféré dans un état grave à l’hôpital de Tindouf, où il demeure toujours en unité de soins intensifs. .
Il s’agit de la deuxième attaque du genre contre les réfugiés sahraouis du camp de Tindouf en moins d’une semaine. Plus tôt cette semaine, deux civils ont également été tués dans une fusillade contre une voiture transportant du carburant à proximité des camps, et il y a quelques mois, une patrouille de l’armée algérienne a tué les orpailleurs en les incendiant dans la région d’Aouina Balkaraa, près du camp de la province de Dakhla. , les victimes étaient Ould Kabir Ould Mohamed Ould Al-Markhi et Mohamed Fadel Ould Lamam Ould Shagaibin.
Les nouvelles des camps de Tindouf indiquent que les familles des victimes refusent de recevoir leurs corps. Et ils exigent l’ouverture d’une enquête et la responsabilisation des auteurs.
Les fusillades de l’armée algérienne sont devenues récurrentes ces derniers temps, car l’armée algérienne n’hésite pas à liquider les contrebandiers et les chercheurs d’or dans les mines non autorisées à proximité des camps, au vu des conditions économiques et sociales désastreuses dans lesquelles vivent les réfugiés dans les camps.
Le défenseur des droits humains sahraoui Mohamed Salem Abdel-Fattah dans une déclaration à ce média, a souligné que les « conditions économiques et sociales misérables dans lesquelles vivent les résidents du camp sont une conséquence des restrictions à la liberté de mouvement et de la politique algérienne en rejetant ses obligations liées aux droits des réfugiés, qui incluent le droit au travail, à la circulation et à d’autres libertés et droits ».
Le militant s’est étonné du silence des militants affiliés au Polisario sur les crimes de l’armée algérienne, notant qu'”ils n’ont pas dit un mot sur les meurtres répétés de civils sahraouis par des éléments militaires algériens”. Et que “les conditions de l’escalade militaire lancée par l’Algérie et le Polisario ont aggravé les conditions des camps misérables”.

رابط مختصر

اترك تعليق

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.


شروط التعليق :

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.

%d مدونون معجبون بهذه: