Qu’est ce que le Madkhalisme ?

euromagreb6 أبريل 2022آخر تحديث : منذ شهرين
euromagreb
أخبار دوليةاقلام حرة
Qu’est ce que le Madkhalisme ?

 

Le Madkhalisme est apparu dans le Royaume d’Arabie saoudite pendant la période de la guerre du Golfe, au cours de laquelle feu le président Saddam Hussein a envahi le Koweït en 1991, et les pays du Golfe, dont l’Arabie saoudite, ont utilisé les États-Unis d’Amérique pour expulser les Iraquiens armée du Koweït.
Le « salafisme madkhali » est venu en réaction à l’opposition à ce qu’on appelle le mouvement d’éveil en Arabie saoudite, ou le soi-disant mouvement Sururi – qui mélange dans ses idées entre le salafisme et la confrérie des Frères Musulmans. Il a été fondé par Muhammad Surur, l’un des anciens dirigeants des Frères musulmans en Syrie et l’un de ses avocats les plus célèbres, Suleiman al-Awda en Arabie saoudite – avec l’approbation des dirigeants du Golfe sur la participation de forces étrangères à la guerre contre l’armée de Saddam Hussein, selon le livre  » The Differences of the Islamists » rédigé par Ahmed Salem, publié par le Nama Center for Research and Studies.
En demandant à l’armée américaine de soulever la question de la décision de demander de l’aide aux non-musulmans pour combattre les musulmans, le cheikh Rabee Al-Madkhali – fondateur du mouvement Madkhali – a écrit son livre : « Repelling the Aggression of Atheists and the Ruling of Seeking Non -musulmans » dans laquelle il répondait aux courants islamiques opposés à l’intervention américaine, et s’opposant à la fatwa du Conseil des Savants Supérieurs en Arabie Saoudite. Et l’hérésie est une accusation que les salafistes portent contre ceux qui s’opposent à eux, c’est-à-dire violer la Sunnah du Le Prophète Muhammad – que Dieu le bénisse et lui accorde la paix – ou le nouvel événement dans la religion que les gens ont introduit et n’existait pas à l’époque du Messager de Dieu – tous les courants qui s’opposent aux dirigeants du Golfe.

Ceci, et le terme « Madkhali » est donné à cette école par le mouvement salafiste, en référence au Cheikh Rabi bin Hadi al-Madkhali, l’un des professeurs de hadith à l’Université islamique de Médine, né en 1932 en Arabie Saoudite. D’origine éthiopienne, né en 1931, a travaillé comme enseignant à la mosquée du Prophète.
À la suite de l’exagération du courant Madkhali en matière d’innovation, un courant plus exagéré appelé « Al-Haddadiya » a émergé, et ils sont affiliés à Mahmoud Al-Haddad Al-Masri, qui résidait à Riyad, puis a déménagé à Al-Madinah Al-Munawwarah Sur les gens des hérésies, ou ceux qui tombent dans les hérésies – selon une recherche publiée par Cheikh Rabi’ al-Madkhali sur son propre site Internet intitulé « Manhaj al-Haddadiyah ».
Le mouvement Madkhali s’est déplacé en Égypte à la fin des années 90 aux mains d’Oussama al-Qusi – l’un des défenseurs du salafisme madkhali – qui s’est rendu au Yémen et a été étudiant aux mains du cheikh Muqbil al-Wadi’i – un des érudits du Yémen – et rencontra le cheikh Rabi al-Madkhali en Arabie saoudite, retourna en Égypte et prit la direction de la bibliothèque et de l’imprimerie Al-Haramain, propagea la pensée madkhali et attaqua les partisans du salafisme cinétique. – travaillant au Caire, et affilié aux Frères musulmans (fondés par Hassan Al-Banna) dans sa pensée politique – et est entré dans un affrontement majeur avec eux.
Le livre « The Islamic Controversy » indique que le mouvement Madkhali se distingue de la tendance salafiste en exagérant l’obéissance aux dirigeants et en téléchargeant les décisions des dirigeants qui sont entrées dans les livres de la charia au cours des trois premiers siècles – la période des Compagnons, les disciples et les prédécesseurs justes – aux dirigeants actuels, malgré le grand changement dans tous les détails entre le système de gouvernement et les dirigeants, etc…
Ce courant se caractérise également par l’exagération des attaques contre les prédicateurs et les cheikhs qui s’opposent à eux, et l’utilisation exagérée de – la science du jarh et de la modification qui est utilisée pour accepter et rejeter les hadiths dans les premiers siècles ; Ce qui a conduit au blasphème de tout opposant, et se caractérise également par les schismatiques ; Chaque courant se divise en groupes, et chaque secte innove l’autre en raison de différences jurisprudentielles et idéologiques, que vous voyez comme des différences d’approche qui nécessitent d’attaquer le contrevenant et de l’accuser d’hérésie et d’égarement…

Le livre « The Islamic Controversy » a confirmé que le mouvement Madkhali utilise la science du Jarh et du Tadheel – une science dans laquelle il recherche des narrateurs blessants et les modifie avec des mots spécifiques, et les rangs de ces mots, et cela s’appelle la science de hommes hadiths – dans une attaque sévère contre les courants salafistes, les Frères musulmans, le groupe Tablighi, les groupes djihadistes et l’organisation Al-Qaïda. Il s’écarte également de tous ceux qui s’y opposent de l’approche salafiste, se qualifiant de « salafisme pur ». Accusant ceux qui s’y opposent d’hérésie, les décrivant comme des hérétiques, des kharijites et des innovateurs, et certains d’entre eux sont mentionnés par leur nom, et d’autres sont évoqués…

Ce courant se retire de la politique dans son ensemble et dans ses détails, et considère parler des affaires politiques comme un départ du dirigeant, et une violation de l’approche des sunnites et de la communauté, comme Muhammad Saeed Raslan – l’un des plus importants défenseurs de l’intervention en Égypte, et donne des cours et des sermons à Menoufia – dans son sermon du vendredi 16 décembre 2017, il a émis une fatwa interdisant la compétition du président Abdel-Fattah El-Sisi lors des prochaines élections présidentielles.

Il a décrit le président El-Sisi comme un « gardien », soulignant que la charia dit : « Le gardien n’est pas contesté, ni dans sa position ni dans sa position, et il ne concourt pas pour lui, mais il y reste, à moins qu’il ne s’y oppose ». Certains des obstacles à l’éligibilité, soit s’il n’est pas présenté, ce n’est pas permis. En dehors de cela, la charia dit que le tuteur musulman ne conteste pas sa position ou sa position, dont Dieu Tout-Puissant l’a béni…

Le livre « The Islamic Controversy » indique que le salafisme madkhali est strict sur la question de ne pas parler des dirigeants, il considère donc que toute conversation sur les dirigeants, autre que de l’appeler à la justice, est une sorte de rébellion contre les dirigeants, et son compagnon est l’un des Kharijites, même s’il ne l’a pas invité à une manifestation ou à une révolution contre le dirigeant, ils ont donc émis une fatwa selon laquelle quiconque s’y oppose est l’un des « Khawarij al-Qa’dah », et ils sont ceux qui agitent les gens ordinaires contre les dirigeants pour provoquer une révolution, et ils expulsent.

Le salafisme madkhali emploie les fatwas du cheikh Abdulaziz bin Baz, l’ancien mufti du Royaume d’Arabie saoudite et le chef du Conseil des grands universitaires du Royaume – y compris la fatwa n° 23/406, 407 des fatwas du Comité permanent sur la licéité de voter et de se présenter aux élections, sachant que notre pays est gouverné par autre chose que ce que Dieu a révélé. Dans lequel il a répondu en interdisant de participer aux élections et de s’y présenter – Cheikh Muhammad bin Uthaymin, l’un des plus grands saoudiens érudits, et le cheikh Nasser Al-Albani, l’un des érudits du hadith du XXe siècle, interdisant l’entrée dans les partis politiques et la participation aux élections dans l’intérêt de leur cause.

Le salafisme madkhali compte de nombreuses fatwas anormales qui ont suscité la polémique dans la rue égyptienne, dont la fatwa de Mahmoud Lutfi Amer, l’un des cheikhs du mouvement madkhali, qui donne cours et prêche dans le gouvernorat de Buhaira. L’Agence internationale de l’énergie atomique, saignée pour avoir annoncé sa candidature contre le président Mohamed Hosni Moubarak – qui a dirigé l’Égypte pendant 30 ans et a démissionné après la révolution du 25 janvier 2011.

Talaat Zahran, l’un des cheikhs du mouvement Madkhali à Alexandrie, a émis une fatwa le 14 mars 2014, selon laquelle « le président Moubarak a été récompensé selon la charia pour avoir truqué les élections, et que la falsification des élections est un devoir légitime »…

Le livre « La controverse islamique » confirme que Cheikh Rabi’ Al-Madkhali « porte la bannière d’Al-Jarh et d’Al-Ta’deel à l’ère moderne. Pour eux, il est l’arbitre entre les savants et les innovateurs, et ses décisions et les recommandations sont celles approuvées par le salafiste Al-Madkhali.

Rabi’ al-Madkhali dit, dans sa définition du salafisme, que « le salafisme est contre les hadiths, il est contre la modernité des Kharijites – ce sont eux qui se sont révoltés contre l’Imam Ali bin Abi Talib après qu’il ait accepté l’arbitrage dans la bataille de Siffin entre lui et Muawiyah bin Abi Sufyan, que Dieu soit satisfait d’eux – et le Mu’tazilah – une secte islamique qui a surgi à la fin de l’ère omeyyade et s’est épanouie à l’ère abbasside, et s’est appuyée sur l’esprit abstrait pour comprendre la foi islamique parce qu’il était affecté par certaines philosophies importées ; Ce qui a conduit à sa déviation de la croyance d’Ahlus-Sunnah wal-Jama’ah et Mu’tazila – il déclare également que les bases les plus importantes du salafisme sont l’obéissance aux parents, même s’ils sont lésés.

Le livre ajoute que le mouvement Madkhali bénéficie d’un grand soutien du gouvernement. Comme cette tendance est alignée sur les gouvernements; Ce fut l’occasion pour les tenants de ce courant d’obtenir le soutien de certains pays pour s’étendre et atteindre la Libye, l’Algérie, le Maroc et la plupart des pays arabes. Le madkhalisme est aussi très présent en France, en Belgique et aux Pays-Bas…

L’Europe aujourd’hui mène une guerre sans merci à l’islam politique qui a pour objectif général la domination et l’islamisation de l’Europe par la politique, mais, il oublie que le grand danger de demain qui entrain de siller son étoile d’araignée, c’est le Madkhalisme, cette idéologue salafiste qui protège ses décideurs, et ses concepteurs et leur prête allégeance et execute les ordres radicalement et sans aucune opposition…

Ce courant encore peut connu et plus au moins discret, avait pris de l’ampleur à la faveur de la Guerre du golfe en soutenant la décision de la famille royale saoudienne d’autoriser la présence de troupes américaines sur leur territoire. Le principal élément de doctrine qui permet au courant de s’implanter en Arabie Saoudite et de se répandre dans le monde arabe et en europe est le principe d’obédience au dirigeant (ta’at wali al amr). Les sujets lui doivent une entière loyauté même si ce dernier a recours de manière injustifiée à la violence, et tant qu’il ne commet pas d’acte d’infidélité au sens religieux…

 

À PROPOS DE L’AUTEUR

Lahcen Hammouch est journaliste et fondateur de “Almouwatin bxl-média” (Almouwatin qui signifie le citoyen en Français), association qui gère une radio et tv web en plus d’un journal électronique reconnue d’utilité publique, née juste après la vague d’attentat qui a touché l’Europe. L’association a comme objectif général la valorisation de la communication entre l’islam et les autres cultures ainsi que la lutte contre l’exclusion sociale, le racisme, l’antisémitisme, le radicalisme et le djihadisme.

اترك تعليق

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.


شروط التعليق :

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.

%d مدونون معجبون بهذه: