Le dernier rapport d’Antonio Guterres sur la situation au Sahara Marocain

euromagreb6 أكتوبر 2022آخر تحديث : منذ شهرين
euromagreb
أخبار دولية
Le dernier rapport d’Antonio Guterres sur la situation au Sahara Marocain

 

Antonio Guterres – Secrétaire général de l’ONU – ONU – Chef de l’ONU – New York
Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, s’adresse à une session extraordinaire de l’Assemblée générale au siège des Nations Unies le 28 février 2022 à New York.
Rapport annuel sur le Sahara occidental : Antonio Guterres enterre les résolutions d’avant 2018

Par Tarik Qattab le 06/10/2022 à 16:08
Le dernier rapport d’Antonio Guterres sur la situation au Sahara Occidental enterre l’option d’un référendum et tient des propos très durs contre les milices du Polisario qui mettent en danger la mission de la Minurso.

Dans son dernier rapport sur la situation au Sahara Occidental, dont Le360 dispose d’une copie, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, établit une norme. Toute solution au conflit du Sahara doit respecter, selon le chef de l’ONU, “les résolutions 2440 (2018), 2468 (2019), 2494 (2019), 2548 (2020) et 2602 (2021)”. Chacune de ces résolutions prône une solution politique et réaliste au conflit. Chacune de ces résolutions nomme plusieurs fois l’Algérie. La dernière d’entre elle (2602) l’exhorta à participer aux tables rondes. Aucune de ces résolutions ne mentionne de référendum.

Cela signifie que l’option référendaire, à laquelle s’accroche l’Algérie et sa marionnette polisarienne, est considérée comme irréelle par la communauté internationale et n’a plus droit à l’ONU.

Concernant l’Algérie, Antonio Guterres “réaffirme le rôle crucial des Etats voisins dans la recherche d’une solution à la question du Sahara Occidental”. En ce sens, il exprime “l’expression de [sa] préoccupation face à la détérioration des relations entre le Maroc et l’Algérie”. “Et António Guterres exhorte le Maroc et l’Algérie à rétablir leurs relations diplomatiques, car le dialogue entre les deux pays est inhérent à “”un environnement propice à la paix et à la sécurité””.

Le secrétaire général de l’ONU recommande également au Conseil de sécurité de prolonger d’un an le mandat de la Minurso, jusqu’au 31 octobre 2023. Mais cette recommandation se heurte à des obstacles sans précédent de la part des éléments du Polisario.
Sahara: le Maroc met l’Algérie face à ses responsabilités et appelle à la reprise du processus de table ronde

La guerre fantôme initiée par le Polisario est qualifiée de relation de « basse intensité ». Mais si cette guerre n’existe vraiment que dans les communiqués quotidiens des milices du Polisario, il en va autrement de la coopération entre les séparatistes et la Minurso. De tous les rapports rédigés par les secrétaires généraux de l’ONU sur le Sahara, celui de 2022 est le plus dur contre le Polisario. La raison : la milice, sous les ordres d’Alger, empêche le personnel de la Minurso de circuler à l’est du mur de défense.

Antonio Guterres “demande vivement au Front Polisario de lever toutes les restrictions à la libre circulation des observateurs militaires, des convois terrestres, des moyens aériens et du personnel de la MINURSO au mur oriental”. « Et il lance cet avertissement significatif et inhabituel dans le jargon onusien : » « Je crains que, sans une totale liberté de mouvement, la MINURSO ne soit bientôt pas en mesure de maintenir sa présence à l’est du mur » ». En d’autres termes, le Polisario met en danger à la fois la présence et la mission de la MINURSO.

Les obstacles que le Polisario a dressés à la liberté de mouvement du personnel de la Minurso sont un affront à la communauté internationale. La résolution qui sera adoptée le 27 octobre par le Conseil de sécurité risque fort de s’en prendre aux milices hors-la-loi à la solde du régime d’Alger.

اترك تعليق

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *


شروط التعليق :

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.