Le Maroc cherche désespérément du gaz et s’entend avec l’Espagne pour regazéifier ce qu’il achète hors UE

euromagreb22 أبريل 2022آخر تحديث : منذ 9 أشهر
euromagreb
أخبار دولية
Le Maroc cherche désespérément du gaz et s’entend avec l’Espagne pour regazéifier ce qu’il achète hors UE

“Le Maroc aspire à mettre en place une infrastructure gazière digne du XXIe siècle”, a annoncé la ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, Leïla Benali , lors d’un récent échange avec les médias nationaux à Rabat.

Une déclaration complète de souveraineté énergétique qui s’appuie sur un projet national d’infrastructures gazières, qui comprend des gazoducs, des ports et des unités de stockage et de regazéification pour “garantir une énergie compétitive non seulement pour le secteur de l’électricité, mais aussi pour le secteur industriel, qui connaît aujourd’hui des difficultés dans l’accès au gaz naturel », a affirmé le ministre.

La réalité est que le pays voisin dispose de deux sources pour approvisionner le marché national en gaz naturel, sa production et le gaz naturel fourni par le gazoduc Maghreb-Europe.

Elle cherche actuellement des solutions immédiates après la fermeture du gazoduc en octobre 2021 par l’Algérie. Ainsi, il finalise l’achat de gaz naturel liquéfié sur le marché international, hors Union européenne, pour ensuite le décharger dans une usine de regazéification en Espagne et le renvoyer par le détroit à travers les tubes du gazoduc Maghreb-Europe.

En d’autres termes, le sens d’écoulement de ce conduit sera inversé pour permettre au gaz naturel d’être transporté de l’Espagne vers le pays voisin. L’opérateur de réseau espagnol Enagás entre en scène dans cet accord d’interconnexion, dans lequel le gouvernement espagnol détient une participation de 5%

“Le Maroc a demandé de l’aide pour garantir sa sécurité énergétique basée sur des relations commerciales, et l’Espagne a répondu positivement à la demande”, a annoncé la ministre Leila Benali, économiste à la société saoudienne International Energy Forum jusqu’à ce que le Premier ministre, Aziz Akhanouch, signe pour son nouveau gouvernement en octobre 2021.

Un mois après avoir accédé à l’exécutif, Benali a chargé des industriels de faire des calculs économiques et financiers, au niveau régional et international, pour l’élaboration de ce plan national d’approvisionnement en gaz naturel.

C’est la première fois que le Maroc achète du gaz naturel liquéfié . Les propositions d’appel d’offres lancées à moyen terme par le pays voisin seront connues dans les prochains jours et permettront la relance des centrales de Tahadart et Ain Beni Mathar, dans la région nord et dans la partie est. Les deux contribuent à environ 10% de l’électricité consommée à l’échelle nationale.

Elle dispose de deux ports relativement préparés pour la construction d’un terminal méthanier avec une unité de regazéification de gaz naturel liquéfié, Mohamedia, sur la façade atlantique, entre les villes de Casablanca et Rabat ; et Nador, au nord, près de Melilla, selon des études de l’Agence nationale des ports (ANP).

27 puits de gaz de 2022 à 2024

D’autre part, l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) prévoit de forer 27 puits, dont quatre en mer, entre 2022 et 2024, selon le programme des travaux d’exploration. Ils le feront avec leurs “partenaires”, principalement le Royaume-Uni, mais aussi les États-Unis, le Qatar, Israël et l’Italie, comme EL ESPAÑOL l’avait déjà prévu en 2021 .

Pour cela, ils vont cartographier 1 150 kilomètres et 650 km2 de données sismiques 2D et 3D, selon ce qu’a déclaré la directrice de l’ONHYM, Amina Benkhadra, au Parlement marocain.

Par ailleurs, l’ONHYM a signé un accord avec la société britannique Sound Energy pour l’interconnexion d’un futur gazoduc de 120 kilomètres qui reliera Tendrara au gazoduc Maghreb-Europe.

Sound Energy a foré cinq puits depuis 2016 , résultant en deux découvertes de gaz naturel. Cela a permis à la société britannique d’obtenir la licence d’exploitation appelée Tendrara à partir d’août 2018.

Un an plus tard, l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) et Sound Energy ont signé un protocole d’accord concernant la vente du gaz naturel de la concession de Tendrara .

Ce document reprend les principales conditions du contrat de vente de gaz naturel par Sound Energy à l’ONEE pour l’approvisionnement des centrales électriques marocaines. Il établit la livraison d’un volume pouvant aller jusqu’à 350 millions de mètres cubes de gaz naturel par an, pendant une période de dix ans.

Il consiste à extraire le gaz naturel du forage de plusieurs puits, à traiter ce qui est produit en installant une unité de traitement du gaz naturel, à laquelle seront raccordés les puits producteurs, puis à transporter le gaz traité par le nouveau gazoduc de liaison vers le Maghreb. -L’Europe .

De même, la société britannique Europa Oil&Gas est titulaire du permis de prospection d’Inezgan au large d’Agadir. Les travaux géologiques et l’interprétation des données disponibles ont permis d’identifier des ressources potentielles estimées par l’entreprise à deux milliards de barils. Selon un communiqué de l’ONHYM, « il s’agit de ressources potentielles et non de réserves prouvées »

Europa Oil&Gas a lancé le processus de recherche d’un partenaire qui partagerait les coûts d’investissement pour les prochaines périodes d’exploration. Quelque chose de très courant chez les compagnies pétrolières. « Suite à la signature de l’accord contraignant d’achat et de vente de gaz avec l’ONEE en novembre 2021, nous avons pu faire des progrès significatifs dans les discussions de financement et je suis heureux que nous ayons non seulement un fort intérêt de la part de fournisseurs de services internationaux établis, mais aussi d’un nombre de banques marocaines » , a déclaré Graham Lyon , directeur général de Sound Energy, dans un communiqué du 14 avril.

Hormis la zone de développement de Tendrara, les découvertes de gaz naturel au Maroc sont concentrées dans deux zones de production , les bassins du Gharb et d’Essaouira. Dans le Gharb, l’exploration a conduit à la découverte et à l’exploitation de nombreux puits, dans le cadre d’une joint-venture entre ONHYM à 25% et SDX Energy à 75%.

Par ailleurs, dans le bassin d’Essaouira, des opérations d’exploration intensive ont été menées dans 11 puits, aboutissant à la découverte du gisement de Meskala. Du gaz naturel a été retrouvé adhérant au condensat, qui est vendu pour la consommation énergétique des unités de séchage et de calcination de la mine de phosphate de Youssoufia. Désormais, dans le cadre de ce projet national, des installations d’une valeur de quatre millions d’euros seront construites pour traiter le gaz naturel produit .

اترك تعليق

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *


شروط التعليق :

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.