Le régime militaire algérien : une poudrière sociale sur le point d’exploser

euromagreb14 سبتمبر 2021آخر تحديث : منذ سنة واحدة
euromagreb
أخبار دولية
Le régime militaire algérien : une poudrière sociale sur le point d’exploser

La situation tragique des braves militants pour la démocratie et kabyles, réprimés par le régime, les fait fuir le pays et se réfugier en Europe.

  Pedro I. Altamirano . Malaga, le 14 septembre 2021.- La police viole les domiciles de citoyens en Algérie, et arrête arbitrairement des dizaines de manifestants pacifiques et militants politiques. Des centaines de militants sont en prison et beaucoup d’autres sont menacés et poursuivis en justice. Plus de 100 citoyens ont été arrêtés en deux jours. La liberté d’expression est un crime pour le régime algérien, et les droits de l’homme sont en danger. Tous les détenus sont inculpés d’affaires de terrorisme, après avoir été assignés à une chambre spéciale pour les procédures pénales au tribunal de la capitale.

Telle est la véritable situation sociale du régime militaire et totalitaire algérien, qui protège tellement l’Europe qu’elle revendique les libertés et la démocratie. Un régime qui n’a su que s’enrichir avec le gaz qui appartient à tous les Algériens, tout en maintenant la population dans la pauvreté et sans protection. Ils facturent d’énormes commissions sur l’achat d’armes pour une armée inefficace et inopérante, au-delà du soutien logistique à des gangs terroristes tels que le Front Polisario. Un régime insoutenable en fuite claire vers nulle part, mais pour cette raison même, plus dangereux que jamais. Tous les régimes totalitaires entraînent leurs pays dans le chaos avant de s’enfuir les poches pleines, laissant derrière eux un pays en faillite.

910 911 800x445 1 1 - EUROMAGREB.COM

Une honte pour un monde dans lequel, alors que le développement économique, social, technologique et scientifique avance, le régime algérien l’empêche pour son peuple d’une manière plus que regrettable. C’est la raison pour laquelle les jeunes algériens essaient de quitter le pays, et cherchent des pays démocratiques qui protègent leur dignité. C’est la cause du trafic d’êtres humains sans fin qui enrichit les nombreuses mafias protégées par le même régime en échange de plus d’argent.

download 1 - EUROMAGREB.COM

La censure imposée à la liberté de la presse est un autre des scandales qui se produisent en Algérie en raison du silence des organisations internationales de défense des droits humains. A titre d’exemple celui du journaliste et membre de la Ligue algérienne de défense des droits humains, Hassan Bouras, récompensé en reconnaissance de ses activités en faveur des droits humains en Afrique du Nord par Front Line Defenders en 2017. Il a été arrêté il y a quelques jours par le forces de sécurité, après avoir écrit un article critiquant le régime et maintenu le contact avec des détenus politiques et des militants. Il a été traduit devant un tribunal qui a ordonné son incarcération pour des crimes graves. Aujourd’hui, il est toujours en prison sans nouvelles de son état.

6032b49089fbc 1068x712 1 - EUROMAGREB.COM

La situation tragique des braves militants pour la démocratie et kabyles, réprimés par le régime, les fait fuir le pays et se réfugier en Europe. Une chance différente y court. Ceux qui ont le moins de chance sont ceux qui tombent sur les territoires espagnols. L’actuelle administration espagnole, prétendument, deviendrait un complice nécessaire de la répression militaire, en permettant l’extradition des militants revendiqués par l’Algérie. Une horreur injustifiable qui a permis à des combattants de la liberté comme les jeunes Mohammed Abdullah, Mohamed Hamali et bien d’autres qui ne connaissent pas leurs noms, d’avoir déjà été extradés.

Le plus douloureux dans cette triste histoire de l’actuelle administration espagnole est que, tout en extradant des militants pour les libertés et la démocratie, elle accueille et abrite des terroristes présumés du Front Polisario, comme en témoigne l’aide apportée, de manière à irrégulière au chef présumé du génocide et du Polisario, Brahim Ghali. L’affaire Ghali, qui de manière préméditée et organisée par l’Algérie, a été à l’origine de la grave crise actuelle entre l’Espagne et le Maroc.

Au moins un tribunal enquête sur tout cela en profondeur, nous ne perdons donc pas espoir que la justice naturelle de l’Espagne s’imposera à l’autre justice de niveau supérieur qui, prétendument, semble être politisée, à la honte de tout le peuple espagnol . De la même manière, nous espérons que la justice enquêtera sur chacune des extraditions de ces jeunes Algériens, condamnera les coupables de ces expulsions inhumaines et rétablira, dans la mesure du possible, l’honneur et la réputation des victimes des irrégularités présumées. .administratif.

L’Europe doit ouvrir les yeux sur l’Algérie. Ils doivent être conscients du réel danger pour la paix en Méditerranée que représente le régime militaire algérien actuel en raison de son soutien au terrorisme au Sahel, et de la déstabilisation qu’il entraîne en ce moment. L’administration espagnole actuelle doit cesser de servir les intérêts bâtards du régime algérien, un régime qui porte atteinte aux libertés, aux droits de l’homme et à la dignité des personnes. Ni l’Espagne ni les Espagnols ne méritent d’être désignés par la communauté internationale comme des collaborateurs présumés de ceux qui promeuvent le totalitarisme et le terrorisme.

اترك تعليق

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.


شروط التعليق :

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.